Menu Fermer

Imprimante 3D - Creality Ender 3 V2


Date de la dernière modification: 27 août 2023

Pour les néophytes en impression 3D, on débutera le processus par la création d’objets avec un logiciel de modélisation. Plusieurs de ces outils sont décrits ici, avec comme résultat un fichier STL qu’on pourra importer dans Ultimaker Curale logiciel libre de découpe. Ce dernier produira un fichier à transférer dans notre Ender 3 V2 pour la dernière étape, l’impression.

J’ai passé beaucoup de temps avec mon Tutoriel Blender associé et complémentaire.
Il pourrait aussi être consulté avant la lecture de ce document-ci et l’achat d’une imprimante.
Blender c’est un outil incroyable, avec lequel j
e modélise mes objets 3D qui sont ensuite exportés dans Cura.

J’ai commencé cet article le 23 janvier 2021. Pour les personnes intéressées, il a été conçu avec WordPress et Elementor.
C’est avant tout un document de travail pour mes besoins! Pour l’instant, c’est toujours un peu un bazar, un roman mal structuré, et il pourrait le rester! Un exemple typique, c’est l’utilisation d’un
radeau. Lorsqu’on est content de son choix: le garder!

Pour moi, ce fût un domaine totalement nouveau et extrêmement riche par sa diversité.
Avant de m’y attaquer et de m’y attacher, je n’avais aucune idée de ce que pouvait être la
 modélisation géométrique par maillage, et le processus final avant impression, de découpage en tranche de nos objets 3D.

Ce document est avant tout dédié à l’imprimante Ender 3 V2 de Creality, mais les logiciels décrits ici, en particulier Ultimaker Cura, sont évidemment utilisables pour d’autres imprimantes 3D.

Tous les logiciels décrits ici peuvent être utilisés sans posséder d’imprimante 3D.
On pourra donc bien s’amuser avant de se décider pour un achat.

 

Oui, ma première imprimante 3D, une Creality Ender 3 V2, a été montée en février 2021 et ceci après plusieurs semaines de brainstorming (études et réflexions) et bien une centaine de liens URL enregistrés dans mes favoris.

Comme informaticien moi-même, j’ai commencé évidemment par étudier le logiciel (et avant achat). Si on ne maîtrise pas trop bien les outils informatiques, cela risque d’être vraiment la galère pour créer des objets 3D!

C’est certainement une des meilleures imprimantes 3D pour étudiants et amateurs avec petit budget!

La Creality Ender 3 V2 Neo

Presque 2 ans après l’achat de ma 
Creality Ender 3 V2 . Je l’ai reçue début 2023 et vraiment: la classe et aucun souci.

Il faudra consulter mon nouvel article Imprimante 3D – Creality Ender 3 V2 Neo pour les détails. L’imprimante Creality Ender 3 V3 SE FDM est aussi une alternative, sans doute!

La décision de l’achat d’une Ender 3 V2

C’est toujours le prix! Étant domicilié en Suisse, je l’ai commandée chez 3djake.ch/fr-CH (prix correct, livraison dans 90 pays, pièces de rechange, filaments, …, etc), c’est à dire environ 300 Euros avec 3 bobines ecoPLA de 1kg de filament et frais postal inclus. Comme on peut débuter, voire y rester, avec du logiciel gratuit, l’investissement est plus que raisonnable.

Lorsque j’ai commencé cette étude, je ne m’étais pas rendu compte qu’il y avait un magasin spécialisé près de chez moi (LA3D – Votre spécialiste en imprimante 3D). C’est souvent pratique de voir ces “bêtes” en vrai. Tous  les personnes qui viennent chez moi veulent la voir et demande des explications! 

Lorsque j’ai constaté que le modèle Ender 3 V2 était sorti au printemps 2020, ce fut un argument de plus. La dimension maximale des objets, 220 x 220 x 250 mm, n’a pas été pour moi un aspect important, et que, de plus, je ne savais pas encore que de gros objets prendraient des heures à imprimer! En ce qui concerne les spécifications de cette machine, voire des réglages et de la terminologie, on peut commencer par consulter Cura & Ender 3 (Pro/V2) : les meilleurs profils et réglages …

J’ai vraiment pataugé avant de trouver UN PREMIER logiciel pour débuter simplement, sans me prendre la tête ou désepérer. Lorsque j’ai découvert Tinkercad, ce fut presque la fin brutale de mon brainstorming sur ce sujet!

Pour faire simple, si quelqu’un est intéressé par l’achat d’une telle imprimante 3D, il faut absolument être un bricoleur et à l’aise avec Tinkerpad au minimum. 

L’imprimante Ender 3 V2 doit être montée et il faudra souvent s’accrocher pour obtenir une imprimante fonctionnelle bien calibrée. Il faut absolument être un bon et un vrai bricoleur.   

Tinkerpad, très vite, et vraiment très vite, ne suffira pas. Il faudra vraiment essayer avec soit FreeCAD, soit Blender, et “sentir” qu’on pourra s’en sortir. On passera donc par l’installation de ces deux derniers logiciels, consulter quelques didacticiels, et se rendre compte des difficultés qui doivent être surmontables, avec le temps! Un très bon exercice est de modéliser un objet tout simple sous Tinkerpad, par exemple une boîte ou un boîtier encastrable, et s’aventurer avec FreeCAD ou Blender, voire les deux si on a le temps! Plus tard, si on est à l’aise en programmation, on passera sans doute, comme moi, à OpenSCAD pour certains objets et pour le plaisir. Une année plus tard, j’ai passé définitivement à Blender.

Pour le logiciel de découpage en tranche, avant impression, c’est (un peu) moins compliqué, et il faudra installer Ultimaker Cura, que nous verrons ci-dessous. Il est conseillé de faire l’installation de ce logiciel avant l’achat de l’imprimante. A partir d’un fichier .STL importé d’un logiciel Web comme Tinkercad, nous verrons alors comment les choses se passent vraiment, avec la production d’un fichier g-code à imprimer depuis le lecteur de l’Ender (*) pour la micro carte SD, depuis un Raspberry Pi (OctoPrint), voire encore avec le câble USB depuis Ultimaker Cura.

* J’utiliserai à plusieurs occasions le terme Ender au lieu de Ender 3 V2  

Les types de filament et comment le changer

Pour l’achat d’une imprimante “normale”, on sait plus ou moins ce qu’on veut et pourquoi: noir et blanc, laser, photos, etc. Ici la démarche était pour moi différente: je voulais une imprimante 3D pour jouer et apprendre avec un investissement minimum. C’est le choix de l’imprimante, la Ender 3 V2 qui m’a indiqué quel type de filament à utiliser.

J’ai donc commander 3 bobines de couleur différentes 3DJAKE ecoPLA. Le site de 3DJAKE nous montre la grande variété de types de filament (que je pourrais éventuellement un jour étudier, suivant les objets à créer). Le PLA (acide polylactique) est un matériau non toxique et biodégradable (voir aussi, par exemple, Qu’est ce que le PLA ? – Sculpteo). 

Pour un début, le site Ender 3 (Pro/V2) Filament Guide: Materials You Can 3D Print devrait nous aider.

Pour les personnes intéressées par du TPU (filament flexible) et le direct drive, il est possible de modifier la Ender 3 V2: voir les vidéos Ender 3 en Direct Drive (extrusion directe) et DIRECT DRIVE CREALITY sur ENDER 3 ! ADAPTE pour du TPU FILAMENT FLEXIBLE. Mon expérience étant toute nouvelle dans ce domaine, et si on imprime beaucoup, il serait sans doute conseiller d’acheter une seconde Ender 3 vu son prix et les différentes configurations de Cura.

La mise en place du filament n’est pas forcément évidente. On ferra toujours un préchauffage.
Il est possible de consulter par exemple Ender 3 (V2, Pro) : Comment changer de filament ?
Bien couper en biais le filament, et en pinçant le mécanisme de retient, rechercher l’entrée du canal et éventuellement utiliser une pointe pour l’orienter.
Il suffit de tourner la molette dans un sens ou l’autre, pour le retirer ou l’insérer jusqu’à que le nouveau fil ressorte bien. 
On procédera toujours lentement. Lors de l’insertion on retirera avec une brucelles (pince à épiler) le filament extrait.

J’ai toujours une pince à épiler et une lampe de poche à côté de mon imprimante.
C’est plus que pratique pour éventuellement retirer un morceau de filament mal placé, en début d’impression, par exemple sur le bord du plateau d’adhérence, sans devoir tout recommencer! 

Les questions idiotes et fautes malheureuses

Quand on a aucune idée de ce qu’est une imprimante 3D (ou jamais vraiment regardé):
– Non, les éléments intérieurs sont presque vides (ce serait trop de filament utilisé). Joli exemple où j’ai stoppé une impression en cours:


– Non l’objet ne doit pas tomber lors de l’impression si le centre de gravité est trop haut et mal placé: c’est une question de design et il faudra y mettre un socle (Ultimaker Cura), aussi pour qu’il colle bien au “bed” (le plateau).

C’est quoi ce mesh qu’on rencontre partout! En français, c’est le maillage! On comprendra rapidement la chose en lisant le document Maillage sur Wikipedia où sont mentionnés des logiciels open-source comme MeshLab et Gmsh!

Si on dépose pour impression des fichiers g-code sur la carte micro SD, ne pas utiliser une carte où il y aurait sur la racine un fichier .bin (pour un autre usage que la mise à jour du micrologiciel). Il pourrait scratcher le firmware de l’Ender: oui, cela m’est arrivé!

Les sites de forum et les articles généraux

Il y a une grande quantité de forums et beaucoup d’activité. En cherchant un peu, on trouvera facilement des réponses et des conseils. Voici une première liste: 
– lesimprimantes3d.fr – Creality
– Creality Ender 3 | Entraide | Francophone (pas trop ou encore (?) actif)
– Forum chez creality.com
– Creality 3D Resource Forum
– Creality3D – 3DPrintingForum.org
– drucktipps3d.de – Creality

Pour les articles généraux on commencera sans doute par le site Wikipédia sur l’Impression 3D. Il faudrait que je cherche un peu pour y découvrir des exemples comme 3D Printer sur PCGuide.

Le montage de la Creality Ender 3 V2

Le montage de la version Neo, beaucoup plus facile, est décrit dans le document Imprimante 3D – Creality Ender 3 V2 Neo

Cette imprimante doit être montée. J’ai fait ce travail et publié ici quelques commentaires supplémentaires. Le manuel livré est bien fait, on peut aussi s’y référer. Il est aussi en plusieurs PDF sur la micro carte SD livrée, dont on fera rapidement une copie sur son PC. Dans les différents répertoires, il y a un certain nombre de fichiers pdf qu’il faudrait étudier (voire ouvrir au moins une fois). La version de Cura livrée est 4.2! Voire s’il a des particularités par rapport à la mienne installée (4.8) plus récente. Il y a une série de fichiers STL (à importer dans Ultimaker Cura) dans le répertoire 4. Model … qui m’ont semblés bien trop compliqués pour un début (sauf sans doute les deux mazes (labyrinthes), plus d’une heure pour imprimer, mais qui donneront des idées de création d’objets 3D simples).

On installera l’imprimante sur une table bien à niveau, de préférence plutôt solide, bien stable et ni trop haute, ni trop basse! 

Pour le montage, j’ai utilisé trois vidéos en parallèle:
Ender 3 V2 Unboxing & Installation (de Creality) (8 minutes);
La Ender 3 v2 : Montage complète et impression (j’adore son accent canadien) (48 minutes). Il en fait vraiment trop avec les réglages des axes verticaux (je n’ai eu aucun souci). A la minute 7:52: quel bazar sur cette table: la version Neo n’a pas ce souci;
La description 
L’imprimante 3D ENDER 3 V2 de Creality: Le RETOUR de la REINE ? (j’aime bien son chat) (38 minutes) est parfois plus précise, en particulier depuis la minute 7:22. 

Attention au sens du montage, si on se réfère trop au vidéo: on est parfois depuis derrière. On reprendra alors les deux images page 2 du manuel pour se rassurer. La mise en place du tensionneur (poulie et capuchon) n’est pas évident (il y a une note à la page 6) (voir aussi la 3-ième vidéo, vers la minute 11:55).

Des ENDER 3 (PRO/V2) CALIBRATION: HOW TO CALIBRATE IT, et Cura & Ender 3 (Pro/V2) : les meilleurs profils et réglages, récents, pourront aider les lecteurs!

J’ai eu tout de même un très gros souci la première semaine. Impossible de régler le Stop Z sans le décaler, donc mal le visser. J’ai donc rajouté des rondelles fines sous le plateau et sous les ressorts.

Comme je n’étais pas à l’aise au début, sur ma feuille blanche A4 de calibrage, j’ai mis un dessin “serrer” entouré d’une flèche dans le sens inverse des aiguilles d’une montre: comment remonter le plateau avec les 4 roues dessous le bed! C’était un peu le stress des premières semaines.

Encore à intégrer et adpter, peut-être: 
How to Correct the Z-Offset on Your Ender 3, Ender 3 V2 and Ender 3 Pro
et
How to Level the Bed on Your Ender 3 V2  

Premier réglage du plateau

Pas mal de travail, ici encore, pour améliorer cette partie délicate! C’est vrai qu’au début, j’ai un peu paniqué! Deux mois plus tard, je fais cela comme un chef, en quelques secondes! Donc, ce qui est ci-dessous est plus informatif et nécessaire lors des premières impressions!

J’avais remarqué, au début du printemps, que ma Ender pouvait être un moment au soleil le matin, risquant de dérégler la bécane. J’avais déjà posé dessus une nappe en tissus, pour éviter la poussière, et j’y ai rajouté un carton devant! 

J’aime bien Ender 3 V2 Easy Bed Leveling et L’imprimante 3D ENDER 3 V2 de Creality: Le RETOUR de la REINE ? (à la minute 17:25) (à la minute 18:11, il règle encore le plateau pendant l’impression!

Cura & Ender 3 (Pro/V2) : les meilleurs profils et réglages, récents, pourrait aussi aider encore dans mes descriptions encore peu précises!

Ce qui n’est “presque” jamais dit: il faut vérifier (voire régler) le plateau pratiquement avant chaque impression. Simplement décoller avec la spatule l’objet imprimé du plateau, va altérer le réglage. Un truc aussi, si on n’est pas impatient: attendre un moment, arrêter l’Ender, et, un peu plus tard, décoller l’objet avec la spatule (il se décolle presque tout seul). Une nettoyage à l’alcool du plateau régulièrement va sans doute aussi aider.

Je vais y ajouter quelques notes, aussi avec OctoPrint (qui marche pour moi maintenant), revisiter ma bonne vingtaine d’URLs et ne pas oublier entre autres:

– Bien fixer le plateau (se fait par dessous avec une clé anglaise);
– Toujours monter descendre l’axe verticale en tournant derrière l’axe du moteur et non en tirant la barre;
– Première phase du réglage à froid et une feuille 2-3 plus épaisse (style carton fin) (à l’installation seulement);
– Desserrer les 4 molettes presque au maximum (à l’installation seulement);
– Réglage du stoppeur Z (à l’installation seulement);
– Enclencher le préchauffage (Preheat PLA). 

Systématiquement, après plusieurs semaines d’utilisation, je me suis rendu compte que je démarrais sans doute l’impression un peu vite. Ne pas hésiter: attendre 4-5 minutes après que la fin du préchauffage (et donc de prendre le temps de bien vérifier sa pièce 3D dans Cura). 

– Aller à la maison (Auto Home);
– Disable stepper;
– Serrer/desserrer les 4 roulettes vis en triangle avec une feuille A4 fine sous la buse et de 1mm (elle doit légèrement coincer sans griffer) (devant gauche, derrière droite, les autres … et on refait plus fin) (chez moi après plusieurs semaines, cela ne bouge presque plus, et je ne touche souvent que la roulette au Home);
Si on fait de petits objets, on peut se concentrer d’un réglage au top sur la zone du centre et de l’axe gauche (où se fera le premier passage). Si le réglage n’est pas au top derrière et à droite, ce n’est pas grave du tout, évidemment!

Réglage du plateau de tous les jours

Je suis en train de déplacer certains points ci-dessus pour les intégrer ici et ensuite modifier la partie premier réglage.

Nous commencerons avec un préchauffage (commande sur le petit écran) après un peu de patience que les températures soient au maximum. Le contrôle du plateau se fait avec une feuille A4 de 1mm qu’on pose sur le plateau à la fin de préchauffage et après avoir exécuté un Auto Home. Il faudra penser à la remplacer régulièrement.

La feuille A4 doit glisser sous la buse avec un léger frottement sans déchirer la feuille. 

On déplacera délicatement le plateau avec deux doigts en avant et en arrière ainsi que la partie centrale de la buse sur son axe horizontal. Attention à la pièce métallique devant qui maintient le plateau.

C’est parfois nécessaire de tourner à peine les roulettes dessous le plateau pour que l’espace soit correct. Chez moi, c’est assez rare, et plus la molette située côté Home.

Si on est content, nous refaisons un Auto Home en retirant la feuille A4 en la mettant hors de la poussière.

Nous choisirons le fichier à imprimer et surveillerons plus attentivement les premières minutes de l’impression.

Utiliser un radeau d’adhérence (se spécifie dans Ultimaker Cura) c’est pratique et facile. On peut stopper l’impression rapidement si le radeau se présente mal (m’arrive parfois, machine pas suffisamment chaude, filament touché avec des doigts gras, plateau juste trop haut, !?).
J’ai aussi eu parfois des ondulations au bord du radeau, j’ai quand même laissé continuer, et l’objet imprimé était quand même au top! Il m’est arrivé de tirer doucement vers l’extérieur des fils qui dépassaient dans les bords lors de l’impression du radeau tout au début de l’impression.
Il faudrait aussi vérifier l’état de l’impression lorsque le radeau est terminé (voir le thème sur le curling et le warping ci-dessous).    

A faire et c’est une idée pour l’instant:
Utiliser soit Pronterface soit g-code sender (voir ci-dessous) pour faire un home (G28) et déplacer l’extrudeur en x et y par commande sous toucher l’Ender. Voire déplacer un poil le Z pour que la feuille A4 gratte moins! L’épaisseur standard d’une feuille A4, c’est 0.1mm. Nous retrouvons cette valeur de 0.1mm dans l’axe vertical de Pronterface sous (0.1) (voir ci-dessous) et avec  g-code sender ce sera step size (0.1)

Il faudra sans doute ajouter des références à Octoprint et MatterControl que nous verrons plus loin.

Pronterface

On commencera par télécharger Pronterface et l’installer, avant de créer un raccourci à pronterface.exe sur le bureau de Windows. J’ai pris la version Printrun-win-18Nov2017.zip et dézippé ensuite dans un répertoire C:\Program Files\Pronterface que j’ai créé à la main. 

C’est sûr qu’il va m’aider pour calibrer le bed. Je l’ai rapidement vérifié en connectant l’Ender avec un câble USB et COM4 chez moi. 

En cliquant sur Connect, le logiciel sera actif. La première chose que j’ai faite est de modifier la vitesse XY: et j’ai entré 100. C’est peut-être un peu lent, mais la vitesse d’origine risquait de faire cogner l’extrudeur sur les bords en lançant une mauvaise commande. En cliquant sur un des cercles intérieurs,  j’ai pu provoquer un déplacement! Cool!

La partie (10) est un bon choix, c’est à dire 1 cm, et on a 4 directions x y à disposition.

Nous pourrons aussi définir la séquence G0 F1000 X10 Y10 (voir ci-dessous dans la partie g-code), la stocker dans un fichier texte comme xy+10.gcode, la charger dans Pronterface (bouton Load file) et l’envoyer à l’Ender. L’extruder avancera de 1 cm dans les deux directions x et y vers l’avant droite.

gcode-sender

C’est une extension Chrome qu’on peut lancer avec ce lien du Web-store et en cliquant sur Lancer l’appli!

Je l’ai vérifié sur un PC Windows en connectant l’Ender avec un câble USB et COM4 chez moi.
Il fonctionne aussi sur mon 
IdeaPad Duet Chromebook de Lenovo!   

Avant de Lancer l’appli il faudra aussi allumer l’Ender. Ensuite nous irons dans le menu settings pour y mettre le COM4 (ou autre suivant le PC, le laptop, Windows, Linux ou encore un Chromebook) ainsi que la vitesse 115200. Le bouton Save de sauvegarde de notre configuration pourra être utilisé avant de passer à l’onglet gcode-sender (voir ci-dessus) et le bouton Connect tout en haut à droite (pas visible ici).
Le dernier G0 dans la console vient du panneau de l’onglet load file où nous avons cliqué sur open local file et ensuite send to machine avec le fichier xy+10.gcode, que nous venons de voir ci-dessus avec Pronterface.

Premières impression 3D avec ma Creality Ender 3 V2 

Tout d’abord le bruit: c’est tout à fait raisonnable, mais on évitera le salon, évidemment, surtout que les impressions, même pour de mini-objets, vont vite prendre plus d’une heure, donc un bruit de fin continu! J’ai mesuré pendant l’impression environ 40 dB (décibels) à 3 m, ce qui correspond à moins de 50 dB à côté de la bête. J’écoute de la musique sur mon ordi avec des haut-parleurs Logitech, et sans trop pousser le son, je suis souvent en dessus de 55 dB!

On est impatient quand elle vient d’être installée et plus ou moins bien calibrée. J’ai essayé avec le dog-2h.gcode livré sur la micro carte SD: un clafouti pas possible. C’était mon plateau (bed) qui était trop haut!  Je n’ai pas  réessayé et j’ai préféré construire un cube creux (50x20x10mm) en quelques minutes avec Tinkercad et importer le STL dans Ultimaker Cura (voir toutes ces “choses” ci-dessous). Cet objet me semble plus facile pour vérifier rapidement sa qualité.

Pour faire court, Cura va nous découper en tranche notre objet 3D défini dans un fichier STL, et produire un fichier gcode à partir de paramètres dépendant de notre imprimante Ender et de nos choix (qualité, plateau d’adhérence, voire support). Si un lecteur avec sa carte SD insérée est connectée, nous pourrons sauvegarder notre fichier gcode, et Cura nous demandera même de l’éjecter, magnifique. On insérera alors la carte SD dans le lecteur à l’avant de l’Ender et on commencer les procédures d’impression (après réglage et chauffage).


J’ai mis un support (Bordure (Brim)) et positionné les paramètres (vitesse, etc) comme indiqué dans Cura & Ender 3 (Pro/V2) : les meilleurs profils et réglages (voir ci-dessous).

Bordure ou Radeau

Si l’on choisit une adhérence du plateau dans Cura, le choix entre Bordure (Brim) et Radeau (Rift) n’est pas forcément évident. Dans l’exemple qui suit (40 sur 35mm) j’ai fait un essai avec les deux adhérences.

Le Radeau, à droite, prends 12 minutes de plus (total: 52 minutes). Cette pièce, pour tenir entreouverte une fenêtre, est évidemment posée dans ce sens pour pouvoir être imprimée. L’adhérence Brim semble ne pas aimer les “virages” dus à la forme de cette pièce. Le Radeau, c’est du solide et du propre: la pièce se décolle sans filaments restants!

En diminuant par exemple la Marge supplémentaire du radeau, les Couches supérieurs du radeau et l’épaisseur du Lissage du radeau, il y a du potentiel! J’ai aussi pris l’habitude de diminuer la vitesse d’impression du radeau.

Nous retrouverons cette “pièce” ci-dessous lors d’un exercice de comparaison Blender / FreeCAD et aussi dans la partie Solidité et cassures pour montrer ce qu’elle est devenue après 6 mois d’utilisation presque quotidienne!


Plus tard, j’ai essayé de modifier: la marge supplémentaire de 8-9 mm au lieu de 15, le lissage de 2 au lieu de 5, et une couche supérieur de 1 au lieu de 2. J’étais satisfait.
En bas à gauche, côté Auto Home, le plateau était trop bas: je l’ai corrigé pour la suite: impeccable!  

Pour la pièce suivante, j’ai utilisé un 8 mm de marge. Si le plateau n’est pas vraiment bien réglé dans les 4 direction (pièce ci-dessus à droite) et pour un radeau moins rectangulaire, il s’avère utile de mettre une marge plus grande comme 10 ou 11. A chaque impression, je vérifie pendant les premières minutes, la formation du plateau. Si des défauts apparaissent aux extérieurs, et si c’est suffisamment loin de mon objet, je laisse l’impression continuer sans nouveau réglage de plateau.

Il est aussi possible de réduire la vitesse de l’impression du radeau pour voir plus rapidement les défauts et amas de filament sur les bords. Si le début de l’impression produit de petites imperfections au bord du radeau, je pousse ou tire gentiment avec une pince à épiler ce qui gênent vers l’extérieur. J’ai aussi essayé de diminuer la vitesse de l’impression de 25 mm/s à 10 mm/s: la production du radeau est un peu lente, mais on verrait plus vite les soucis! Une vitesse de 20 mm/s semble plus appropriée.

C’est un premier prototype sous Blender de 1cm de hauteur.
J’étais trop impatient de vérifier mon “radeau”: je n’ai pas vu le petit souci plus visible sous Cura que Blender: 1 partie au moins ne touche pas assez.

Visionner sous Cura après découpage: une bonne idée! 

Cette pièce deviendra conique pour y contenir un PIR  (un détecteur de mouvement) et qui ne réagira qu’à une certaine zone au bas d’un escalier. Les deux petites pièces à l’intérieur vont permettre de crocher le PIR derrière et j’en mettrai d’autres pour le devant.
L’ouverture en haut permet d’