Dans l'article http://www.kenrockwell.com/tech/histograms.htm, on nous dit qu'il est mieux de regarder la photo que son histogramme.
Je dirais oui et non.
L'article montre plusieurs prises de vues et nous remarquons comme la porte du garage peut être complètement surexposée, et, au contraire, la partie gauche derrière la maison sous-exposée. 

Règles importantes:

  • Toutes les parties surexposées ne pourront plus être récupérées avec du logiciel
    Les moulures de la porte ne pourront pas être récupérées si surexposées
  • Même chose si c'est trop foncé (sous-exposé), voir noir
    C'est moins critique que la surexposition

La plupart des appareils de photo nous montre l'histogramme après la vise de vue. Les bon logiciels aussi.
Je recommandrais de les examiner régulièrement, afin de corriger la manière de prendre ses prises de vues.
C'est souvent trop tard, par manque de temps, mais cela permet de s'améliorer. 

Les bons logiciels permettent de corriger les tons trop clairs ou trop foncés, même en .jpg quoique plus facile en raw mode. Je vais y revenir.

Je vais montrer deux exemples en commençant par cette photo qui n'est pas vraiment utilisable, car surexposée dans une des parties inférieures:

L'histogramme qui suit est celui qu'on retrouve dans le logiciel PhotoDirector 6 (existe évidemment aussi dans le logiciel Lightroom d'Adobe):

Cette photo .jpg a été prise avec un Sony DSC-RX100 en mode automatique.
L'appareil a dû monter les ISO, baissé au maximum l'ouverture et choisir une vitesse de 1/30 limite pour un appareil sans stabilisateur optique.
Nous remarquons que l'histogramme montre aussi le peu de parties colorées, mais ce n'est pas important ici.  

PhotoDirector 6 est cool en nous montrant les parties surexposées qu'on ne pourra plus jamais corrigées avec du logiciel.

Pour pouvoir obtenir un photo correcte, dans ce cas précis et cet appareil, nous devrions utiliser un trépied, une vitesse plus lente, baisser l'ISO, voir monter un poil l'ouverture, et évidement sous-exposé si nécessaire pour n'avoir aucune zone surexposée.

Un logiciel comme PhotoDirector 6 nous permet de modifier le ton (l'intensité) dans 5 parties du spectre de cet histogramme.
Comme pour la porte du garage, toute la zone marquée en zone ne pourra être plus être rattrapée. En baissant au maximum les 2 zones les plus brillantes, nous passerons d'un blanc intense à un gris, mais aucun détail ne pourra réapparaître.

 

Je vais donner à présent un autre exemple avec une photo prise en Islande et en RAW mode (NEF - Nikon D7000 en mode ouverture).

Je montre directement le présentation dans PhotoDirector 6 avec les parties surexposées:


et son histogramme:

La chute en plein soleil est surexposée, et c'est normal. On ne pourra pas la rattraper et ce n'est pas trop important ici. 

Comme les parties sous-exposées sont tout de même suffisamment "clair", nous pouvons les "rattraper": 

Chacun choisira ses propres réglages suivant ses habitudes, ses préférences ou ses teintes pour un tirage papier.

Ici la liste de mes corrections:

  • Monter un "poil" l'exposition générale
  • Remonter les zones à droite de l'histogramme, donc les "tons sombres" et "plus sombres"  
    PhotoDirector 6 possède 5 zones de travail 
  • Sélectionner la partie sombre du rocher à droite et monter à peine l'exposition et la luminosité
  • A peine, mais vraiment à peine, monter la clarté et la netteté de la photo (je le fais en dernier en général) 

Un autre très bon article: http://www.nikonpassion.com/presentation-histogramme-et-comment-utiliser/